l'info d'aujourd'hui par les journalistes de demain

Abonnez-vous aux flux RSS de haut courant

Mise à jour : 28 novembre 2014

Joey Barton, footballeur 2.0

dimanche 25/12/2011 - mis à jour le mardi 27/12/2011

Bad boy du football anglais, Joey Barton se rachète une conduite via l’usage intensif de Twitter. Ses tweets éclectiques le placent en digne successeur du philosophe Eric Cantona.

« Découvrez en temps réel ce qui se passe partout dans le monde ». Le slogan de Twitter est incomplet. Le célèbre réseau social peut aussi permettre de découvrir un (autre) homme. Par exemple Joseph Anthony Barton, joueur de football d’outre-Manche passé par Manchester City, Newcastle United et Queens Park Rangers.

Du gazon aux gazouillis

Joey Barton ne laissera pas une trace indélébile dans l’histoire du football. Malgré un niveau plus que correct, sa réputation dans le milieu n’est pas due à ses qualités de footballeur. Son seul fait d’arme reste une sélection en équipe nationale d’Angleterre. C’est plutôt son comportement violent sur et en dehors du terrain qui retient l’attention. Il a notamment écopé de 4 mois de prison avec sursis (ainsi que 25.000£ d’amende et 12 matches de suspension, dont 6 avec sursis) pour l’agression de son coéquipier Ousmane Dabo en 2007.

Puis vient le 14 juillet 2010. Ce jour-là, Twitter connaît l’inscription d’un nouveau membre : Joey7Barton. Aujourd’hui, près de 950 000 personnes (les followers) sont abonnées à ce compte. Joey Barton twitte aussi bien sur la philosophie, que sur la musique, le football ou la politique du gouvernement anglais. La BBC le décrit même comme un « sportif philosophique rivalisant avec Eric Cantona à son âge d’or ». Tout est dit.

Sans langue de bois, l’anglais s’exprime. Et sans forcément prendre des gants. Il n’a pas hésité à critiquer son club de l’époque (Newcastle), ce qui lui valut d’être déclaré persona non grata et placé sur la liste des transferts. Dernière polémique en date : avoir affirmé que le suicide était un acte égoïste juste après l’annonce du suicide de Gary Speed [1]. Toujours direct, il se défendra contre les critiques en arguant que ses propos ont été mal interprétés : « s’ils lisent attentivement ou ont la moitié d’un cerveau, ils comprendraient » a-t-il twitté.

Une philosophie calculée ?

Joey Barton n’accorde plus autant d’importance à la façon dont la presse le montre. «  Les gens peuvent venir sur les réseaux sociaux et interagir directement avec les individus pour formuler leur propre opinion » affirme l’homme aux 3 280 tweets. Proche des personnes qui le suivent, le joueur de Q.P.R. organise même des questions/réponses avec ses abonnés.

Twitter, un moyen de se racheter un comportement ? Pas si sûr. « Derrière le footballeur, il y a un homme » rappelle le milieu de terrain. Si le footballeur s’exprime sur le pré vert, l’homme le fait sur Twitter. « Mon plus gros regret est d’avoir commis trop d’erreurs avant de grandir » concède l’anglais. « Si seulement j’avais appris plus tôt… ». Quand Joey Barton parle, c’est avec le coeur. Peu importe si ça choque. Et c’est ce qui est apprécié par ses abonnés. Ainsi, il n’hésite pas à “clasher” ses adversaires, lui causant les foudres de la Fédération Anglaise.

« Barton devrait être applaudi pour aller à l’encontre de la fibre anti-intellectuel dans la culture du football anglais » soutient Simon Kuper, chroniqueur du Financial Times. Sur Internet, Joey Barton est commenté… Et divise. « J’ai été vraiment surpris quand je l’ai entendu dans une interview… Il ne parle pas vraiment comme un footballeur » peut-on lire dans le commentaire d’un article sur le site de la BBC. « Je ne voudrais toujours pas discuter philosophie avec Barton dans une file d’attente à la friterie après la fermeture le samedi soir » lance, ironiquement, un autre contributeur.

Joey Barton n’est pas seul sur la planète Twitter. D’autres sportifs (ou ex-sportifs) font de même à l’image de Robbie Savage, ou de Jérémie Janot dans un autre style. Les réseaux sociaux ont entrainé l’avènement d’une nouvelle génération : les sportifs 2.0.

Sur le web : Carnet Sport

Notes

[1"Suicide is a mix of the most tragic, most selfish, most terrible (and I want to believe preventable) acts out
there"

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur del.icio.us Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

2 réactions

Réagissez

  • Joey Barton, footballeur 2.0

    2 février 2012 12:50, par Roberto Larcos

    repondre message

    Joey Barton digne succésseur d’Eric Cantona ?!! C’est une blague j’éspère ?!! Ne mélangeons pas les torchons et les serviettes !

    Je crois que l’auteur de cet article et les médias français du type "téléfoot" ont tendance à oublier qui est Joey Barton. Ce type n’est ni un mec bien et ni un philosophe.

    Pour rappel :
    - Son frère est en prison pour avoir tué quelqu’un à coup de hache (crime raciste). Une affaire dont le "footballeur 2.0" est soupçonné d’être le complice.
    - Il a faillit crevé l’oeil de son coéquipier Ousmane Dabo à la suite d’une bagarre à l’entrainement.
    - Il a quitté sa compagne quand il a appris qu’elle avait des origines indiennes.

    Et je ne parle même pas des bagarres à répétition à la sortie des boites de nuit britanniques...

    Si il suffisait de quelque gazouillis sur Twitter pour se racheter une conduite, O. J. Simpson serait sorti de prison depuis belle lurette !

    • Joey Barton, footballeur 2.0 3 février 2012 01:15, par Thibaut Jullien

      repondre message

      Joey Barton n’est pas un enfant de coeur. Il n’est écrit nulle part dans cet article que Joey Barton est un type bien ou un philosophe (c’est la BBC qui le compare à Canto). Simplement on peut constater que, dès lors qu’une personnalité déballe sa vie sur Twitter, le regard des gens à tendance à changer.
      Oui, Joey Barton a été impliqué dans des bagarres à la sortie des boîtes de nuit (genre c’est le seul sur terre à se battre). Oui, Joey Barton a fracassé Ousmane Dabo. Mais, jusqu’à preuve du contraire, je n’ai trouvé ni de condamnation pénale pour complicité de meurtre, ni de preuve qu’il ait quitté sa compagne en raison de ses origines.

      Je constate juste que le commentaire s’inspire fortement de post dans des forums pas très sérieux :
      - http://fifa.clicboard.com/t17900-joey-barton
      - http://www.soccers.fr/index.php?showtopic=123340&view=findpost&p=7726030

Rejoignez Haut Courant sur Facebook